Suivre le cours des céréales en ligne avant de vendre

céréales

La volatilité des cours demande la mise en place des stratégies bien fondées et performantes pour sécuriser les revenus de son entreprise. Cela concerne tous les secteurs, y compris celui de l’agriculture. En ce qui concerne les agriculteurs, plus précisément ceux qui vendent et stockent leurs produits eux-mêmes, le changement des cours des céréales n’est pas sans impact sur leurs activités et leurs rentabilités. De ce fait, celui-ci doit être accompagné par des techniques parfaitement élaborées.

Suivre le cours des céréales grâce à des stratégies digitales

Avant tout, la numérisation prend principalement le dessus sur le quotidien des professionnels, tous les secteurs confondus. Depuis 2016, les producteurs, tout comme les distributeurs ou les vendeurs agricoles, bénéficient d’une place de marché en ligne qui leur donne la possibilité d’être au courant de tous les changements se produisant sur le marché. En toute évidence, le cours des céréales est concerné par cette innovation. Le changement concerne aussi bien les producteurs/vendeurs sur le marché physique que ceux qui actionnent sur le marché à terme ou marché en ligne. Le suivi des cours est donc une réponse à cette problématique. D’après une étude menée sur ce sujet, le marché en ligne des céréales représente à lui seul environ 1,5 million d’euros dans tout le territoire de la France. Autant dire, le business digital de l’agricole a atteint son apogée, bien que ce marché n’est qu’à son début pour le moment. Cela dit, le fait de numériser les transactions agricoles est l’ambition cultivée par les jeunes ingénieurs à l’heure actuelle. Ce qui n’est pas sans conséquence sur les activités des agriculteurs traditionnels. La vérité réside certes dans le fait que cette innovation permet de sécuriser leurs revenus en suivant en temps réel le cours des céréales et d’autres produits agricoles sur la toile, auprès d’un site dédié à cet effet.

Des portails en ligne pour un suivi des cours des produits locaux

Parlant de numérisation des activités agricoles, il n’y a pas que la place de marché qui est en vogue. À vrai dire, d’autres solutions innovantes ont également vu le jour à l’exemple des portails en ligne. On parle aussi de sites comparateurs de cours des produits locaux. Les missions de ces sites consistent à proposer aux agriculteurs les différents prix appliqués sur le marché afin de leur permettre de vendre aux meilleurs prix leur blé, orge, maïs, colza ou encore d’autres céréales qu’ils ont en stock. Ces sites sont également destinés au négoce de céréales. Cependant, le cours des produits locaux est variable d’une commune à une autre, d’où l’importance de faire la comparaison sur des portails qui permettent de connaitre les cours avec la plus grande précision. Aussi, il est fortement conseillé de faire recours aux sites permettant de calculer le coût de transport ainsi que les autres frais liés à l’exploitation des produits. Avec un peu de chance, vous pourrez même tomber sur des plateformes qui vous mettent en contact directement avec les collecteurs ou encore les entreprises spécialisées dans la transformation alimentaire.

Un accompagnement complet pour les agriculteurs

Pour les producteurs qui s’occupent également de la commercialisation de leurs céréales, rien n’est facile. Outre la difficulté de la sécurisation des revenus en raison du changement perpétuel du cours, la recherche des collecteurs n’est pas non plus une mince affaire. Heureusement que ces plateformes dédiées au négoce de céréales existent pour faciliter leur quotidien. En plus de mettre les producteurs en contact avec les acheteurs, certains sites proposent également un accompagnement complet tels que la recherche des débouchés portuaires, les négociations et les coopérations avec les industries, les factures et les documents de chargement, etc. Certaines plateformes proposent même de prendre en charge les formalités administratives.

Faire appel à une entreprise d’installation de serres contrôlées au Québec
Lignes électriques sur votre exploitation : comment travailler en sécurité ?